<iframe src="https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m14!1m8!1m3!1d14130.834905955953!2d85.291636!3d27.695396!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x0%3A0xbdccd9a9bc098251!2sAccess+Keys+Pvt.+Ltd.!5e0!3m2!1sen!2snp!4v1424347274368" width="600" height="450" frameborder="0" style="border:0">
Accueil / Témoignage

Témoignage

Mezri Haddad, a animé samedi dernier à la Sorbonne, un colloque intitulé justement «Printemps arabe cinq ans après». Il s’agissait, comme le résument les organisateurs(*), d’évaluer «le bilan sécuritaire, économique et géopolitique» de ces évènements et de voir «comment faire face au terrorisme».Ahmed HalliSid Ahmed Ghozali a évidemment pointé du doigt les réalités algériennes actuelles, conformes en tous points, aux inquiétudes exprimées jadis par un haut gradé de l’armée : «Le terrorisme est vaincu, mais l’intégrisme demeure.» Est-ce le temps
Ahmed Halli
Journaliste
D’une manière générale, les politologues expliquent la mondialisation contemporaine par l’interaction de trois phénomènes principaux : 1) le retrait soviétique d’Afghanistan qui va précipiter la chute du Mur de Berlin et l’effondrement du bloc soviétique ; 2) la globalisation de l’économie de marché, le libéralisme et le néo-libéralisme économique et financier s’imposant désormais comme le seul système encadrant l’échange des biens, des services et de l’information ; 3
Richard Labévière
Journaliste

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top